Le blog de la négociation Pour vos négociations du quotidien.

Meubles-cuisine

6 témoignages sur “Meubles-cuisine”

  1. Virginie Bloom dit :

    Moi je conseille dé découper votre commande, du genre :
    – Bonjour je voudrais acheter une modèle ABC
    – c’est 840€
    – Je l’ai vu sur internet à *0,9 (première tentative)
    – Non répond le vendeur
    – Et si je prends 2 chaises avec, vous m’offrez la livraison ? (2ème tentative)
    – Non
    – Et si j’en prends 4 ? (3ème tentative : il aura du mal à vous dire non 3 fois de suite)

    1. Lucas dit :

      Effectivement moi je fais à peu près comme vous mais j’ai une variante :
      – C’est quoi votre meilleure offre pour la table ?
      – Et pour 2 chaises ?
      – Et pour une table et 2 chaises ?
      – Et pour une table et 4 chaises ?
      Bon je vais réfléchir
      je repars et reviens 30 mn plus tard : j’ai trouvé la même chose un peu moins cher, mais ils veulent pas m’offrir la livraison et le montage : vous m’offrez la livraison et le montage et j’achète chez vous

  2. Max J dit :

    Personnellement, j’ai réussi à faire descendre chez Cuir Center un canapé en cuir de 2300€ à 1600€ soit 30% en jouant devant la vendeuse une petite comédie comme quoi je n’étais pas trop emballé et que je n’avais pas prévu d’acheter. Elle a été cherchée son responsable et là avec ma femme on a joué aussi sur notre budget qui était bien en dessous des 2300€.

  3. Michèle Grimbert dit :

    Il y a quelques années je devais changer l’ensemble des meubles de ma cuisine. Par chance en discutant avec une de mes voisines, celle-ci m’a appris qu’elle venait d’acheter une cuisine complète chez Vogica avec une remise de 23%. J’ai photocopié le devis et me suis rendu chez le cuisiniste avec la preuve en poche. Il ne m’a accordé que 17% en argumentant la différence de modèle. J’ai fait intervenir mon fils qui est plus à l’aise que moi dans le marchandage et nous sommes allés voir deux autres revendeurs Vogica pour obtenir ce fameux 23%. Le 3 ème a accepté mais ça a été dur. Autant vous dire que sans ces précieuses infos et sans la preuve cela aurait été quasi-impossible.

  4. stephanie P dit :

    Bonjour,
    J’ai acheté un canapé il y a un mois.
    J’ai entendu tellement de choses sur la négo, et surtout concernant les meubles que j’ai finalement essayé. Nous avons longuement discuté avec le vendeur, je lui disais que c’est prix était trop cher et il ma parlait de qualité inégalable, et que si je trouvais un produit moins cher de même qualité, il me rembourserait la différence! J’ai fini par lui faire une offre qu’il a refusé (environ 12%), je suis partie. Je lui ai laissé mes coordonnées s’il voulait s’aligner sur mon prix. 48heures apres, il m’appelle me disant qu’il n’avait presque plus de produit en stock, et que si j’avais besoin du produit il faudrait attendre 8 semaines pour la fabrication (c’était sa négo en gros!). Je lui ai fait une autre offre qu’il a accepté (9% environ). j’étais contente, mais jusqu’où peut-on aller pour ne pas casser la vente?

    1. taladmin dit :

      Tout d’abord Stéphanie, laissez moi vous dire que je trouve que votre interlocuteur est un bon négociateur. Il tord le cou à la plupart des aprioris que nous connaissons sur les vendeurs de meubles : Il résiste par rapport à votre demande de remise, il fait peu de remise et il vous place en situation de demandeuse.
      Pour savoir jusqu’à ou aller il existe 3 possibilités :
      1) Avoir les bonnes informations (par votre entourage, internet, magasins concurrents…) afin de connaître les marges de manœuvres possibles. Mais je vous l’accorde c’est souvent difficile d’obtenir des infos aussi précises.
      2) Se fixer un objectif à atteindre (souvent lié à vos possibilités financières) et continuer à négocier tant que vous ne l’avez pas atteint. cette méthode aura la vertu de vous empêcher de réaliser un achat que vous pourrez regretter. En général le point 1 devrait vous aider à fixer un objectif réaliste. Avoir de bons arguments et des concessions à proposer devraient vous aider à atteindre cet objectif.
      3) C’est la technique la plus dure : Continuer à négocier jusqu’à percevoir « l’énervement » du vendeur. Ici il est conseillé de donner vos concessions au fur et à mesure afin d’obtenir en échange à chaque fois un effort supplémentaire de sa part.

Vos témoignages pour participer au débat

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réalisation site web : Kapsul