Le blog de la négociation Pour vos négociations du quotidien.

Négocier un ordinateur

18457436_m

L’achat d’un ordinateur (d’un portable ou d’une tablette), de par son montant, les options possibles et les accessoires envisageables représente une réelle opportunité de négocier. Pour vous aider dans votre démarche, voici nos conseils et les étapes à suivre.

Récupérer les informations clés : Plusieurs sources sont exploitables, à vous de les optimiser pour rassembler des informations essentielles et complémentaires.
– Internet reste la meilleure source pour comparer les prix, profitez de votre navigation pour analyser les options possibles, les caractéristiques (mémoire, processeur…) et les services proposés (livraison, garantie…). Partez du principe que les magasins, de par leurs charges (salaires, loyer…) ne peuvent pas toujours s’aligner sur les prix on-line, s’en rapprocher peut-être un objectif motivant. Parfois des vendeurs peuvent essayer de vous faire douter sur les caractéristiques et les services des modèles repérés sur le net (« Sur internet la garantie n’est que d’un an », « c’est une version avec moins de mémoire »…) maîtrisez donc parfaitement ces données et n’hésitez pas à imprimer vos preuves.
– Les magasins concurrents peuvent être une excellente source d’informations. Les vendeurs vous renseigneront sur les options envisageables (mémoire, logiciels…), ils pourront aussi vous dévoiler les prochains renouvellements de gamme.
– Votre entourage : amis, famille, collègues sont une source à ne pas négliger. Peut-être ont-ils vécu la même expérience ? Ils pourront alors vous dévoiler les marques négociables et dans quel magasin obtenir une remise.

Se fixer un objectif : Grâce aux informations que vous avez sues glaner, fixez-vous un seuil de rupture et un objectif à atteindre. Ces deux « garde-fous » vous éviteront de prendre des décisions que vous pourrez regretter, ils accentueront votre détermination. Dans l’informatique, les marges sont faibles, en général inférieures à 1.5, alors fixez-vous des objectifs réalistes. Mais n’oubliez pas que pour bien négocier, il faut être prêt à ne pas acheter !

Construire les arguments. La préparation doit vous permettre d’élaborer des arguments crédibles et aiguisés. Utilisez toutes les informations récupérées pour être persuasif par exemple, sur les écarts de prix, sur la prochaine « fin de vie » du modèle ou bien sur une caractéristique moins performante…

Identifier les concessions. Si l’effort que vous allez demander au revendeur informatique est de baisser son prix, quel sera le vôtre ? Rappelez-vous que la définition de la négociation est d’échanger, c’est-à-dire d’effectuer des efforts réciproques pour parvenir à un accord.
Chacune de vos concessions devrait vous permettre d’obtenir une réduction ou un avantage, pour les optimiser, proposez-les une par une. Voici quelques suggestions :
– Accepter de prendre un modèle qui va bientôt sortir de la gamme.
– Proposer d’acquérir une option (un logiciel…).
– Envisager d’acquérir des accessoires (souris, sacoche…).
Les accessoires offrent un excellent levier de négociation car leur marge est supérieure à celle de l’ordinateur, une stratégie de négociation envisageable consiste à se les faire offrir.

Pour réussir votre négociation face au vendeur, nous vous conseillons de lire notre prochain article : « Comment négocier en magasin ».

5 témoignages sur “Négocier un ordinateur”

  1. taladmin dit :

    Parfois avec un vendeur et un responsable sympas, un produit en fin de série ou en fin de stock pour le magasin (la dernière unité dans un magasin prend une place en rayon, il faut donc la liquider au plus vite pour faire tourner sa gamme), le produit peut alors être bradé.
    Vous pouvez avoir 100 ou 150 euros si le produit est à 600 ou 700 euros mais ce n’est pas courant.

  2. Math dit :

    J’ai fait 2 ans de vente dans un magasin d’informatique : 0ffice dépôt. Il faut voir que la paye d’un vendeur est très liée à la commission, maintenant un client qui dépense 1500 euros peut faire gagner une douzaine d’euros au vendeur mais une partie des ventes ne nous rapportent quasiment rien (1 ou 2 euros).

    Si vous m’achetez un ordinateur qui me rapporte 10 euros, je veux bien discuter avec vous, si vous êtes dans le cas où je gagnerais 2 euros, hors de question que je me batte avec vous pendant 15 min, allez usez quelqu’un d’autre… le chiffre je le ferai, je ne suis pas à 2 euros près.

    Il faut savoir qu’en général, le vendeur a une marge de négociation assez faible pour négocier avec le client (3 % ou une vingtaine d’euros), sinon vous pouvez demander son responsable qui lâchera encore 5 euros.

  3. Brahim dit :

    J’ai acheté un Dell Vostro (pour les PME) il y a 1 mois en tant que particulier.
    J’ai eu pour quasiment 300€ de ristourne sur un PC d’une valeur de 1000€ si on part sur la config pour particuliers.

    Faut dire que pour avoir négocié, j’ai vraiment négocié

  4. Fabienne Coquelin dit :

    Il arrive qu’un vendeur, se pensant habile, fait le heurté en prenant les autres acheteurs à témoins de l’incongruité d’un marchandage. L’air: on est en France ici, pas sur un marché de pleine rue d’Asie du sud-est. Il faut alors lui rappeler qu’il négocie lui-même ses tarifs avec son grossiste, sauf à être un ingénieur.

  5. Marie-Charlotte dit :

    Bonjour, merci pour ce conseil, une fois j’ai voulu négocier un PC dans une mais n’ayant pas de réel objectif, je ne suis pas aller aussi que loin que j’aurai pu et je n’ai donc pas eu une remise importante alors que d’autres avaient réussi à obtenir plus que moi! C’est vrai que si j’avais regardé au préalable toutes les options et les accessoires qui existaient en plus, j’aurai surement pu repartir avec un petit plus…

Vos témoignages pour participer au débat

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réalisation site web : Kapsul